Salluste Alias Flavien Brenier Les Origines Secretes Du Bolchevisme Dossier Complet Henri Heine Karl Marx Baruch Levy Rabbin Liber

September 12, 2017 | Author: neirotsih | Category: Jews, Value (Economics), Marxism, Communism, Georg Wilhelm Friedrich Hegel
Share Embed Donate


Short Description

Download Salluste Alias Flavien Brenier Les Origines Secretes Du Bolchevisme Dossier Complet Henri Heine Karl Marx Baruc...

Description

LES ORIGINES SECRÈTES DU BOLCHEVISMË

HENRI

HEINE

ET

KARL

MARX

Il va y avoir dix ans qu'un coup de main heureux livra l'ancien empire des Tsars aux membres d'un parti extrémiste à peine connu jusque-là, même en Russie. Depuis lors, l'avènement de cette poignée d'aventuriers a pris figure d'ère nouvelle. Pour l'ampleur des conséquences, on ne saurait plus lui comparer que la Révolution française qui aurait pu, elle aussi, être facilement comprimée, un matin de juillet 1789, par les 30 000 hommes du maréchal de Broglie, en sorte qu'il en serait à peine fait mention, aujourd'hui, en quatre lignes, dans le manuel du baccalauréat. Si savamment préparée que soit une entreprise politique, si profondes qu'en soient les racines, il y a toujours, en effet, un moment où quelques grains de décision, assaisonnés d'un peu de force matérielle, peuvent suffire à fixer le destin des peuples. L'orientation moderne de la politique universelle n'a été possible que parce que ceux qui gouvernent ont, en général, oublié cette recette, tandis-que les sectes subversives l'ont retrouvée et n'hésitent pas à 1'employer. Maître, par la grâce d'une sédition militaire, d'un empire qui comptait hier 180 millions d'habitants, et qui en compte encore plus de 140 millions, le Bolchevisme en a utilisé les immenses ressources matérielles pour mettre en feu les cinq

568

LA

REVUE

DE

PARIS

parties du monde. Ses émissaires ne laissent pas un instant de repos aux peuples déjà fatigués et anémiés par la Grande Guerre chacun en souffre dans sa Métropole ou ses colonies. Tantôt, c'est l'Angleterre, dont la prospérité économique est gravement compromise par le mouvement gréviste des mineurs, ouvertement subventionné par les roubles moscovites elle y perd, d'après les évaluations du Chancelier de l'Échiquier, 170 millions de livres sterling, plus de 21 milliards de francs dont le quart aurait suffi pour fomenter une action qui étouffât, en Russie, la peste communiste. Et elle ne se remet péniblement de cette effroyable secousse que pour en subir une nouvelle Moscou insurge la Chine et la ferme à peu près complètement au commerce britannique, qui en tirait d'incalculables profits. Demain, ce seront les Indes, profondément minées par la propagande bolchévique, et dont les fonctionnaires indigènes, pour plus de moitié, sont pensionnés par le Komintern, qui s'insurgeront à leur tour. En France, les agents de la 111e Internationale fomentent ouvertement les troubles les plus graves, tiennent tête à la police dans les rues de Paris, causent pour plus de 12 millions de dégâts dans la seule soirée du 23 août et donnent le branle aux mutineries de réservistes dans l'Armée. Tandis qu'ils détruisent le moral de celle-ci, ils lui taillent une besogne formidable aux colonies hier, avec la guerre du Rif et celle de Syrie, qui nous ont coûté tant de sang; demain avec les insurrections qui couvent en Tunisie et en Algérie (ou l'émir Khaled, l'homme de Moscou, obtient la majorité des voix des électeurs indigènes), et en Indo-Chine, où le Komintern subventionne 14 361 de nos fonctionnaires annamites, d'après les chiffres trouvés dans les perquisitions opérées par Tchang So Lin au consulat soviétique de Pékin. Les 50 millions d'habitants des Indes hollandaises sont travaillés avec la même constance et la même profusion de moyens financiers aussi les insurrections se succèdent-elles à Java, à Sumatra et même à Bornéo. Les populations indiennes d'Amérique sont lancées, comme en Bolivie, à l'assaut des blancs civilisateurs. Le Mexique subit un gouvernement agréé par M. Tchitchérine. Quant aux nations limitrophes ou voisines des États soviétiques, la Roumanie,

HENRI

HEINE

ET

KARL

MARX

569

la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la Lithuanie, l'Esthonie, la Finlande, etc., leur existence est à chaque instant compromise par des complots communistes toujours réprimés, mais toujours renouvelés, dont l'un ou l'autre finira, espèret-on à Moscou, par triompher. Ce qu'il y a de plus effrayant dans cette vague rouge, couleur de meurtre et d'incendie, qui vient battre les assises du vieux monde, c'est qu'elle ne procède pas de l'ambition d'un nationalisme visible et localisé On verrait à tort dans. le Bolchévisme un « péril slave ». Si le Communisme était spécifiquement russe, il rencontrerait une barrière naturelle dans d'autres nationalismes, non moins intransigeants. Tout au contraire, il trouve au sein de chaque peuple des complicités une doctrine de trahison prêtes, des facilités ménagées nationale et de décomposition sociale lui a préparé les voies depuis deux tiers de siècle. C'est cette doctrine dont nous nous proposons, dans la présente étude, de retracer la naissance et le développement. Pour cela, il nous faudra nous attaquer à bien des légendes, établies par le long consentement des uns et par l'affirmation intéressée des autres. Nous le ferons à la lumière de documents certains, de faits précis. Et il sera démontré, une fois de plus, que la vérité historique, examinée aux sources, contient infiniment plus de « romanesque » que n'en peut imaginer le cerveau enfiévré d'un inventeur de fictions. ~x La III~ Internationale, dont la direction se confond avec le haut personnel politique de la Russie des Soviets, est la fille, quelque peu ingrate, de la IIe, dont les pontifes furent Engels, Liebknecht et Jaurès, et la continuatrice de la Ire Internationale fondée par Karl Marx. L'histoire de cette dernière a été écrite ou résumée bien souvent, par des sociologues ou des politiciens de toute nuance, et toujours en des termes identiques rien de plus concordant, dans leur exposé, que les dates, les circonstances et l'enchaînement des péripéties. Cette unanimité semblerait indiquer que le sujet a été épuisé et que la certitude historique est désormais acquise.

570

LA

REVUE

DE

PARIS

Mais tous les spécialistes des recherches d'archives savent qu'une trop grande unanimité quant au récit d'un événement doit être une source de méfiance au moins aussi grande que peut l'être une divergence absolue elle n'a le plus souvent, pour cause que la mise en circulation, dans un but intéressé, d'une version tendancieuse, mais habilement simplifiée, par conséquent commode à faire adopter. En réalité, tout ce qui a été écrit depuis un demi-siècle sur la Ire Internationale procède de la confrontation de quatre livres, qui lui furent consacrés au lendemain de l'insurrection communiste de 1871. Deux de ces ouvrages, ceux de MM. Oscar Testut et Edmond Villetard, étaient hostiles à l'organisation secrète dont était sortie la Commune; les deux autres, ceux d'Eugène Fribourg et de Benoît Malon, lui étaient favorables, avec plus ou moins de réserves. Et comme détracteurs et apologistes se trouvaient d'accord sur les origines de l'organisation discutée, les écrivains et conférenciers qui s'en sont occupés après cette date sont excusables de n'avoir pas cherché plus avant et d'avoir adopté docilement la Ils ne faisaient en cela version offerte à leur crédulité. qu'imiter la bonne foi de leurs devanciers, qui n'avaient connu que l'apparence extérieure des événements auxquels ils s'étaient trouvés mêlés. Commençons par analyser brièvement la thèse jusqu'ici admise quant aux origines de la Ire Internationale. Elle se présente avec la simplicité harmonieuse d'un récit biblique. Dans les premières années de la seconde moitié du xixe siècle, le machinisme, sous toutes ses formes, fit de grands progrès dans l'Univers. Pour les consacrer et les vulgariser, une Exposition industrielle fut organisée à Londres en 1862. De nombreux ouvriers techniciens y furent envoyés par leurs patrons pour étudier le fonctionnement des machines exposées. Certains d'entre eux prolongèrent leur séjour bien après la clôture de l'Exposition. Pendant qu'ils se trouvaient dans la capitale anglaise, un meeting de protestation fut convoqué, au Saint Martin's Hall, à propos de violences commises à Varsovie par les troupes russes; les ouvriers étrangers s'y rendirent par curiosité. Parmi d'autres orateurs, qui ne

HENRI

HEINE

ET

KARt

MARX

5?1

parlèrent que de la Pologne, se trouvait un vieil économiste d'origine allemande, du nom de Karl Marx, réfugié politique en Angleterre, où il vivait dans l'étude et la retraite. Entraîné par son sujet, il élargit le débat, parla du Prolétariat partout opprimé par les Capitalistes, et termina par un cri de guerre qui lui était cher Prolétaires de tous les pays, u/Hssez-uous/1 Alors, saisis d'un enthousiasme subit, les ouvriers présents décidèrent de s'unir en une Association Internationale, et nommèrent, séance tenante, un Comité de Correspondance, dont Karl Marx devint membre pour l'Allemagne. La Ire Internationale naquit ce soir-là, d'une circonstance imprévue, presque d'un malentendu. Elle progressa rapidement par la suite et répandit l'idée communiste dans le monde. Telle est la légende qui a fini par passer pour de l'histoire. Nous allons l'examiner et en faire justice. Ce récit, emprunté à Karl Marx lui-même et à son entourage, Il l'avantage de se présenter avec naturel. Il est court, et ne sollicite pas de vérification approfondie. Aussi a-t-il eu un succès immédiat et est-il resté classique. Tout en lui, cependant, aurait dû exciter à la méfiance les premiers annalistes de l'Internationale. Pour ne parler que de l'histoire financière de celle-ci, la version consacrée rapporte que la collecte faite ce soir-là, au Saint Martin's Hall donna comme premier fond 3 livres sterling (75 francs-or). Jamais, par la suite, le brave ouvrier qui remplissait les fonctions de trésorier n'eut en caisse plus de 200 livres (5 000 francs-or). La Ire Internationale en tirait argument pour faire étalage de sa vertueuse Or, si l'on consulte le compte rendu de son Congrès pauvreté. de Lausanne (du 2 au 8 septembre 1867), on constate que, dés la seconde année de son fonctionnement, elle accordait plusieurs millions de subventions à certaines campagnes d'agitation révolutionnaire. Pour les États-Unis seulement, on trouve mention d'un chèque de 300 000 dollars envoyé pour soutenir une grève générale de la métallurgie. D'où provenaient donc ces fonds, dont l'Internationale disposait, et qui ne sortaient pourtant pas de sa caisse? Aujourd'hui, sans doute, la situation est identique. Le çamarade Fromentin, trésorier du Parti Communiste Français~

572

LA REVUE DE PARIS

les cotisations sont se plaint d'être toujours sans argent minimes et les Cellules paient mal. Cela n'empêche pas les Bolchévistes français d'appointer 1 800 fonctionnaires et agitateurs divers, qui leur reviennent ensemble à plus de 30 millions par an. Récemment, ils ont pu dépenser 10 millions comptant pour la création d'un journal quotidien dans le Nord. Et si l'émeute du 23 août a coûté plus de 12 millions aux commerçants parisiens, elle a nécessité aussi de grosses dépenses d'organisation de la part du trésorier du Parti. Mais, chacun sait que ces contradictions n'étonnent personne l'argent dépensé vient de Russie, où la 111~ Internationale s'est emparée de toutes les richesses d'un grand empire et les emploie à bouleverser l'Univers. Il en allait autrement au temps de la Ire Internationale, simple organisation née de la veille et ne disposant régulièrement que des maigres sommes qui figuraient dans sa comptabilité. Les premiers disciples de Karl Marx n'étaient pas, comme ceux d'aujourd'hui, riches de 140 millions d'esclaves. Où prenaient-ils les fonds immenses qu'ils employaient à développer leur propagande et à subventionner des grèves dans le monde entier? Voilà la question que les annalistes de l'Internationale ont négligé de se poser et, après eux, tous ceux qui leur ont emprunté une documentation vraiment superficielle. Autre problème le meeting de Saint Martin's Hall passa, en son temps, à peu près inaperçu; de rares journaux en parlèrent et n'y revinrent pas. Or, quelques mois à peine s'étaient écoulés que la Ire Internationale, malgré l'insuffisance de cette publicité, comptait des sections dans tous les pays, jusqu'au fond de l'Amérique du Sud, et même en Australie. Tout se passait comme si une force mystérieuse avait préparé les voies de l'Association nouvelle et lui avait fourni partout les cadres et les concours nécessaires. De telles forces existent, à n'en pouvoir douter. De même qu'il est aujourd'hui acquis que la Franc-Maçonnerie prépara la Révolution française, de même des forces mystérieuses sont à la source de tous les grands bouleversements récents, en Europe comme en Orient ou en Extrême-Orient. C'est de

-u- _u

-_u-

-u_

HENRI

HEINE

ET

KARL

MARX

573

ces forces que parlait, en 1912, M. Marcel Prévost, de l'Académie Française, quand, célébrant dans un article du Figaro d'alors la Révolution Jeune Turque, encore toute récente, il n'hésitait pas à dire Toute prévision diplomatique se fonde en somme, sur ce calcul que les forces connues continueront à évoluer sur leur courbe actuelle. Partant de là, on déduit la résultante probable de ces forces. Et c'est un système fort raisonnable, dont le seul de/au~ est de ne tenir aucun compte d'autres f orces,PLUSFORTES QUELES VISIBLES,qui travaillent en secret à changer re?u:H~e actuel et qui, un beau jour, bouleversent à la fois le calcul des augures et la vie des nations. C'est l'une de ces forces occultes qu'il nous faut étudier si nous voulons apprendre d'où Karl Marx tira les inspirations et l'aide matérielle qui lui permirent de formuler le programme du Communisme et de le propager dans le monde.

L'association secrète en question portait le titre d' Union des Jut/s pour la Civilisation et la Science. Elle fut fondée en 1819 par un groupe d'Israélites allemands appartenant à des familles rabbiniques, au premier rang desquels on remarquait le célèbre érudit Léopold Zunz, qui devait devenir plus tard directeur de l'École normale israélite de Berlin, et ses amis Ganz et Moïse Moser. Le programme apparent de l'Union semble avoir été une première ébauche de celui qu'adopta tard l'Avance israélite universelle venir en aide aux plus Juifs dans le monde entier et développer chez eux toutes les connaissances utiles. Mais le programme réel allait bien au delà il comportait un changement, dans un sens en quelque sorte positiviste, de la politique d'Israël à l'égard des nations chrétiennes; il visait surtout à faire pénétrer, dans la civilisation issue du Christianisme, des idées spécinquement juives, qui en provoqueraient peu à peu la dissolution. La pensée maîtresse des chefs de l'Union était que la Synaavait tort de s'obstiner dans son attente, déjà tant de gogue fois séculaire, d'un Messie humain. On avait mal compris les vieux textes rabbiniques quand ils annonçaient un roi tem-

S?4

LA

REVUE

DE

PARtS

porel, tout sanglant de batailles, qui écraserait sous les roues de son char les nations ayant voulu résister à l'empire universel promis à Israël, et qui gouvernerait avec une verge de fer celles qui se seraient soumises. C'était le peuple juif lui-même, et non tel ou tel de ses fils, qui, prenant conscience de sa supériorité ethnique, devait vaincre le Monde et le ployer sous le joug de la race élue. Cette thèse, déjà présentée à diverses reprises dans l'Histoire par des Talmudisants isolés, devait être formulée un jour avec une rare précision par un Néo-Méssianiste, Baruch Lévy~, dans une lettre à Karl Marx. Voici en quels termes Le peuple juif pris co"ec~emen< seraJ'm-m~me son Messie. Son règne sur l'Univers s'obtiendra par l'unification des autres races humaines, la suppression des frontières et des monarchies, qui sont le rempart du particularisme, et l'établissement d'une République Universelle qui reconna~ra partout les droits de citoyens aux Juifs. Dans cette organisation nouvelle de l'Humamfe, les fils d'Israël répandus des ma:nfenan~ sur toute la surface du globe, tous de même race e~ de même formation traditionnelle sans former cependant une nationalité distincte, deviendront sans opposition l'élément partout dirigeant, surtout s'ils par~tennen~ à imposer aux masses ouvrières ~a direction stable de quelques-uns d'entre eux. Les gouvernements des Nations formant la République Universelle passeront tous, sans effort, dans des mains israélites, à la faveur de la victoire du prolétariat. La propriété individuelle pourra alors être supprimée par les gouvernants de race judaïque qui administreront partout la fortune publique. Ainsi se réalisera la promesse du Talmud que, lorsque les Temps du Messie seront venus, les Ju!/s tiendront sous leurs clefs les biens de tous les peuples du monde. Ce langage, singulièrement matérialiste sous une phraséologie encore teintée de judaïsme traditionnel, suffit à expliquer en quoi la nouvelle secte se distinguait de la Synagogue, et pourquoi Léopold Zunz, par exemple, fut amené à renoncer par deux fois aux fonctions de rabbin, à Berlin (1822), puis à Prague (1835). Un des plus enthousiastes adeptes de l'Union des Jui fs et la Science fut le poète Henri Heine, qui y pour la C:se~ton

HENRI

HEINE

ET

KARL

MARX

575

adhéra, à l'âge de vingt-trois ans, le 4 août 1822. Le cas de ce -fils d'Israël, que son génie poétique autorise à classer parmi les plus grands écrivains du xixe siècle, est tout à fait caractéristique au point de vue néo-messianiste.

Henri Heine naquit à Diisseldorf le 13 décembre 179Q, dans une famille d'origine rabbinique. Son père, Samson Heine, commissionnaire en rubans, devait à cette origine la considération où il était tenu par le chef de la Maison Rothschild de Francfort. Mais, si l'on était pénétré de tradition juive au foyer de la famille Heine, au dehors on savait faire des concessions aux Chrétiens. Le jeune Harry (il ne s'appela Henri que plus tard) était élevé dans une école chrétienne, dite des Franciscains, et le recteur, l'abbé Schallmeyer, voyait en lui son meilleur élève. Sa sœur Charlotte recevait l'éducation d'un couvent de religieuses catholiques. Son frère Gustave, sous le nom de Gustave von Geldern, devait se faire catholique pour devenir officier de dragons au service de Sa Majesté l'Empereur d'Autriche. Son autre frère, Maximilien, opta pour l'orthodoxie et devint médecin militaire dans l'Armée du Tsar: Quant à Henri Heine, on verra qu'il se fit protestant évangélique. Ces vocations multiples ne changeaient rien, d'ailleurs, aux sentiments des trois frères, qui se retrouvaient, le soir, chez le rabbin Rintelsohn, pour apprendre l'hébreu et le Talmud. Henri Heine étudia le droit à Bonn, à Gœttingen et à Berlin, puis il passa son doctorat. Mais il ambitionnait une chaire de professeur de droit. Sujet prussien, il ne pouvait l'obtenir tant qu'il serait juif. Aussi abjura-t-il presque en cachette à Heligenstadt, dans la maison du pasteur évangélique Gottlob Grimm, un matin d'août 1825. Les citations suivantes permettront d'apprécier la sincérité de cette conversion et la moralité du converti Lettre de Henri Heine à Maurice Embden, avant la conversion Je sms comme vous un M:eren~ M religion et mon attache-

576

LA

REVUE

DE

PARIS

ment au Judaïsme provient uniquement de ma profonde antipathie pour le Christianisme. Lettre de Henri Heine à Emmanuel Wolwill, avant la conversion La chute finale du Christianisme me parait de plus en plus évidente. Voilà assez longtemps que ceSe idée se maintient. J'appelle le Christianisme une idée, mais de quelle espècel Il y a des systèmes d'idées corrompues qui font leur nid dans les fissures du vieux monde et la literie abandonnée de l'esprit divin, comme les punaises dans le matelas d'un Juif polonais. Si on vient à écraser une de ces idées-punaises, elle laisse une odeur infecte qui dure des milliers d'années. C'est le cas du Christianisme, écrasé depuis 1 800 ans e~qui depuis ce temps n'a cessé d'empester l'air que nous respirons, pauvres Juifs! Vers écrits par Henri Heine, le lendemain de son baptême Sainte ardeur de la jeunesse, Prompt retour à la raison! Tu as /au, en ta sagesse, Ta paix avec ces messieurs. Tu as rampé vers la croix, La même croix qu'hier Tu il voulais fouler aux pieds, Abattue dans la pousstere/ C'est l'effet d'avoir lu trop Tous ces Schlegel, Haller, Burkel Hier tu étais un héros, Aujourd'hui, un maître fourbe. Lettre d'Henri Heine à Moïse Moser, de l' Uniondes Jui fs pour la Civilisation et la Science, quelques semaines après le baptême. Il parle des Japonais qui venaient de martyriser quelques missionnaires et qui ne détestent rien au monde autant Je veux être Japonaisl que la Croix. Et il ajoute Malgré sa comédie d'abjuration, Henri Heine ne put être professeur de Droit et ne le pardonna jamais au gouvernement prussien. C'est vers cette époque qu'il poussa à ses dernières conséquences son enthousiasme néo-messianiste en déclarant ouvertement la guerre, non seulement à l'idée monarchique, mais à l'ordre social lui-même. Il a raconté plus tard qu'il était allé à Munster, où l'on conserve encore la cage de fer et les instruments du supplice du « glorieux » Jean Bockenraw, dit Jean de Leyde, le chef des anabaptistes. Il venait honorer en lui le plus farouche des révolutionnaires du xvi" siècle

BENRt

pEINE

ET

KARL

J~ARX

5?7

et le plus parfait spécimen des précurseurs du Communisme. « J'ai baisé respectueusement )),dit-il,
View more...

Comments

Copyright © 2017 KUPDF Inc.
SUPPORT KUPDF Sitemap